L’Europe au service de la politique de la ville en Nouvelle-Aquitaine : retour sur la rencontre du 4 juillet

27 Juil L’Europe au service de la politique de la ville en Nouvelle-Aquitaine : retour sur la rencontre du 4 juillet

PQA a organisé le 4 juillet dernier à Soyaux près d’Angoulême un séminaire régional sur le thème de l’Europe au service de la politique de la ville.

Parmi les 80 participants, des intercommunalités et communes de la Nouvelle-Aquitaine, des opérateurs associatifs engagés dans les quartiers, des représentants du Conseil régional mais aussi des acteurs hors N-A enthousiastes pour partager leur expérience. La rencontre a permis de présenter des démarches et des projets menés dans le cadre de la politique de la ville et soutenus par l’Europe.

Ce que nous pouvons retenir de cette journée :

>> La diversité des organisations infra-régionales des volets urbains au sein des programmes européens de la N-A.

Ces programmes ont été élaborés avant la fusion des régions et n’ont pas vocation à être modifiés avant la fin de la programmation 2014-2020. Deux cas de figure à observer :

  • En ex-Aquitaine, les quartiers prioritaires de la politique de la ville bénéficient d’un axe territorial urbain dédié, dans le Programme opérationnel (PO) FEDER/FSE. Cela concerne 12 Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI).
  • En ex-Poitou-Charentes et en ex-Limousin, les PO FEDER/FSE soutiennent l’approche urbaine dans une acception beaucoup plus large. Les stratégies et actions co-financées ne concernent pas nécessairement la politique de la ville.  7 EPCI sont concernés au total, 4 en ex-Poitou-Charentes et  3 en ex-Limousin.

Au-delà de ces aspects “très techno”, retenons que tous les axes thématiques des Fonds européens structurels et d’investissement sont ouverts aux opérateurs intervenant dans les quartiers.

>> La diversité des thèmes abordés, des programmes européens et dispositifs mobilisés au service des quartiers :

Les nombreux témoignages en plénière ou en ateliers ont révélé une diversité thématique des actions développées dans les quartiers: création d’activités économiques, numérique, insertion/formation, lutte contre l’illettrisme, jeunesse/citoyenneté… et une diversité des programmes européens et des dispositifs mobilisés par les territoires en politique de la ville: programme opérationnel FEDER/FSE, Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ),  Erasmus +, Europe pour les citoyens, programme MEDIA, Interreg, Leader…

>> Des témoignages qui ont vocation à “encourager les plus frileux à y aller” :

Laurence Bourgoise, Directrice des cohésions territoriales, Communauté d’Agglomération de Seine-Eure (en Normandie) est ainsi revenue sur les modalités d’élaboration de la stratégie de développement urbain durable et les conditions de réussite: “s’acculturer à la question des fonds européens”, “ne pas faire de complexes”, “trouver les bons appuis techniques extérieurs, les centres de ressources!”, “avoir un soutien de la hiérarchie technique et politique”, “et tout ça sans technicien Europe en interne!”.

>> L’importance des échanges d’expériences entre pairs :

Laurence Harribey, Conseillère régionale de la Nouvelle-Aquitaine déléguée à l’Europe, a insisté sur l’importance de la mise en réseau des acteurs. “Les professionnels prennent davantage conscience que le développement local n’est pas fermé sur lui même et qu’il s’inscrit dans une dynamique européenne”.

Sabrina ABDI (CGET) a présenté le Pacte d’Amsterdam (signé en 2016), une démarche au sein de laquelle des Etats Membres, des agglomérations et des villes européennes volontaires co-produisent de la matière et des orientations permettant d’alimenter les politiques européennes post 2020. L’enjeu est d’assurer une meilleure prise en compte de la dimension urbaine dans les futures réglementations et dans les financements des actions futures.

Anouk Vandaele (du Réseau Europe Urbain) a présenté les animations nationales du réseau avec pour objectifs d’accompagner les professionnels, d’améliorer la mise en oeuvre des programmes, des actions et de produire de la connaissance.

>> Un enjeu de valorisation des volets urbains pour penser la suite :

Romain BRIOT, représentant de l’Assemblée des communautés de France (AdCF) dresse, pour sa part, un bilan mitigé sur la mise en oeuvre de ce volet urbain au niveau national. Il pointe des difficultés sur la mise en œuvre en matière d’instruction, de programmation ou de mobilisation du FSE. L’enjeu de valorisation de ce volet urbain est pourtant crucial à l’heure où les politiques européennes post-2020 commencent à se dessiner et où certains voudraient remettre en cause cette politique de cohésion.

 

Courant septembre, sur le site de PQA, une restitution complète de la rencontre avec des vidéos, des fiches de capitalisation, et de la ressource utile pour continuer à avancer sur cette thématique !

Partager